Acheter un appartement à Calpe : comment procéder ?

Home > Blog > Acheter un appartement à Calpe : comment procéder ?
par saguir
09 May 2017
Si vous êtes un professionnel de l'immobilier, vous savez parfaitement comment vous y prendre pour acquérir un bien correspondant aux attentes de votre clientèle. Aussi, vous vous dites que vous connaissez déjà tous les conseils que vous vous apprêtez à lire. Permettez-nous d'apporter un bémol à cette affirmation.

En effet, votre expertise ne fait certainement aucun doute sur le territoire français. Mais qu'en est-il pour un investissement à l'étranger et notamment concernant l'offre immobilière proposée actuellement à Calpe sur la Costa Blanca espagnole ?

 

Lors de l'achat d'une propriété à l'étranger, vous allez être confronté à une autre langue, à des lois fiscales différentes, avec des règles spécifiques concernant les acquéreurs étrangers, et bien d'autres éléments qui va vous falloir prendre en compte pour ne pas commettre d'erreur majeure. Et comme le marché de l'immobilier espagnol se positionne parmi les plus favorables en Europe actuellement, et cela depuis 2015, nous vous conseillons fortement de vous y intéresser. Alors si tel est votre choix, pourquoi ne pas jeter un œil aux opportunités immobilières de la Costa Blanca ? Voici quelques conseils de base à connaître avant d'acheter un appartement à Calpe :

 

  • Faites appel à un traducteur

A moins que vous ne soyez bilingue et que vous maîtrisiez parfaitement le vocabulaire du business et de l'immobilier espagnol, et si vous cherchez à acheter un appartement à Calpe, nous vous conseillons vivement de vous en remettre à un traducteur professionnel, indépendant, agréé ou assermenté. Il va vous aider à bien comprendre tous les détails de chaque document relatif au bien et à son acquisition. Pour être certain de faire le bon choix, vous pouvez trouver un traducteur de confiance sur le site du ministère espagnol des Affaires étrangères.

 

  • Offrez-vous les services d'un avocat

En tant qu'acquéreur étranger, la deuxième chose à faire est de vous tourner vers un avocat spécialisé dans le foncier et les transactions immobilières. Offrez-vous les services d'un professionnel indépendant et de préférence bilingue, d'un avocat ni conseillé par le vendeur ni par l'agence immobilière ou le promoteur avec qui vous traitez, mais totalement indépendant. Assurez-vous qu'il passe bien en revue tous les contrats et documents liés à la vente de l'appartement et que tout soit bien en ordre avant la signature.

 

 

  • Évitez les escroqueries

Connaissant depuis plusieurs années une forte affluence d'acquéreurs étrangers, l'Espagne attire aussi son lot d'escrocs qui mettent sur le marché immobilier des propriétés pas toujours en adéquation avec la présentation qu'ils en font. Mais là encore, pas de panique ! Vous pouvez éviter les arnaques en passant par une agence immobilière locale et dotée d'une réputation sans faille. Parmi les escroqueries les plus courantes, il y a notamment les biens mis en vente sans que le vendeur n'ait véritablement acquis les droits ou encore les propriétés proposées sur plan mais sans assurance réelle qu'elles soient réellement bâties un jour.

 

  • Vérifiez le passif de la propriété

En Espagne, les dettes liées à un bien se transmettent automatiquement et systématiquement au nouvel acquéreur. Assurez-vous donc que l'appartement que vous allez acheter ne soit associé à aucune dette de type taxe foncière ou loyer impayé ou en retard.

 

  • Soyez attentif à la TVA et autres frais juridiques

Comme dans la plupart des pays, lors de l'achat d'un bien immobilier, les frais annexes sont à la charge de l'acquéreur. En Espagne, les sommes peuvent varier. Elles représentent en moyenne de 8 à 14% du prix du bien immobilier. Elles incluent notamment les frais encadrant la transaction sur le plan juridique ainsi que la TVA en vigueur.

 

  • Renseignez-vous sur les modalités de l'imposition espagnole

Sachez tout d'abord que si vous choisissez de louer votre bien espagnol, vous serez imposé en Espagne. Deuxièmement, afin de ne pas taxer deux fois les propriétaires, les gouvernements espagnols et français ont passé un accord stipulant qu'un résident français possédant un bien en Espagne est taxé de 24,75%, les revenus fonciers étant diminués de l'impôt espagnol. Pour en savoir plus sur la fiscalité espagnole appliquée aux résidents ou aux propriétaires étrangers, consultez l'article sur le site internet L'esprit de service, parlons patrimoine.

 

Si vous êtes à la recherche d'un ou plusieurs biens situés à Calpe pour étoffer votre portefeuille, la meilleure chose à faire est de demander conseil auprès d'une agence immobilière locale. Chez Grupo Esmeralda, nous avons une équipe de conseillers très professionnels à la disposition de notre clientèle depuis 1979. Alors n'hésitez pas, contactez-nous !

 

Partager
Partager cette entrée
Inscrivez-vous pour connaître les dernières informations sur les propriétés à Calpe